Entretien avec Sylvain Monsoreau: Stagiaire et coach-adjoint des U19

1/ACBB FOOT : Sylvain, tu as été un footballeur professionnel connu et reconnu. Comment et pourquoi se fait-il que tu sois à présent le coach-adjoint des U19 de l'ACBB football, un club amateur? 

Sylvain Monsoreau : A l’issue de la saison 2015/2016, j’ai eu envie de revenir en région parisienne où se trouve ma famille. Je venais d’obtenir le Brevet d’entraineur de football (BEF), et j’allais préparer une formation pour le diplôme d’état supérieur (DES). Je me suis mis ensuite en relation avec Claude Sire qui m’a proposé de rejoindre l’ACBB, pour être avec les U19 en compagnie de François Michel et pour m’entrainer avec l’effectif de CFA en accord avec Grégory Bénarib. J’avais aussi envie de retrouver le monde amateur pour continuer d’apprendre le métier d’entraineur tranquillement.

2/ACBB FOOT : Ton parcours footballistique t’a précédé. Mais très peu de personnes ne connaissent l’homme. Peux-tu résumer ta carrière et présenter l’homme que tu es ?

SM : J’ai commencé le football à 6 ans à Voisins le bretonneux (78), j’ai ensuite joué à Versailles jusqu’à mes 17 ans. Puis j’ai rejoint le FC Sochaux-Montbéliard, grâce notamment à Claude Sire, où j’ai débuté ma carrière professionnelle en 1999. Je me suis ensuite engagé auprès de  l’Olympique Lyonnais, l’AS Monaco, Saint- Etienne, Troyes et l’Atlhetico de Kolkata dans le championnat indien. Il n’est pas facile de parler de soi, mais je dirais que je suis quelqu’un de simple, de généreux, de calme. J’aime rencontrer les gens et partager des choses avec eux.

3/ACBB FOOT : Lors de toutes ces années au cours desquelles tu t’es tant investi professionnellement, quels évènements t’ont le plus marqué tant sur le plan sportif et/ou émotionnel?

SM : J’ai vécu des hauts et des bas mais je suis assez fier du parcours que j’ai pu avoir, étant donné que je n’étais pas programmé au départ pour devenir professionnel. J’ai apprécié tous les clubs où je suis passé, mais le titre de champion de ligue 2 avec Sochaux, la victoire en coupe de la ligue en 2004, le titre de champion de France avec Lyon en 2006 et le titre de champion d’inde en 2015 resteront de grands souvenirs. Ils sont la concrétisation de belles aventures humaines. Je n’oublie pas les campagnes européennes avec des rencontres contre les Galactiques du Réal, l’inter Milan, Dortmund, le Milan AC, l’Olympiakos ou encore le Werder de Breme. Rencontres qui procurent des sensations inoubliables dans des stades fantastiques. Il y a eu l’équipe de France espoirs aussi et j’ai eu la chance de jouer plus de 300 matchs de haut niveau, ce que je n’aurais pas imaginé au début de ma carrière. J’ai simplement regretté ma dernière saison à Saint-Etienne, une mise à l’écart injuste qui a débouchée sur un procès et qui m’a fait perdre du plaisir sur la fin de ma carrière

4/ACBB FOOT: Selon toi, quelles sont les différences fondamentales que tu as découvertes entre les mondes professionnels et amateurs?

SM : Il existe une différence au niveau de l’exigence qui résulte d’une différence de moyens. Le monde professionnel, c’est le souci du détail, l’envie de toujours faire mieux, l’envie quotidienne de progresser et d’aller le plus haut possible. Il y a aussi des intérêts différents qui poussent à la recherche du résultat en compétition. L’ACBB se rapproche de cette exigence là, mais il faudrait avoir plus de créneaux d’entrainements par exemple, pour permettre d’égaler les résultats obtenus par les centres de formation des clubs pros.

5/ACBB FOOT : L'île de France est un véritable vivier pour le monde footballistique et dotée de nombreux clubs formateurs. Quelles sont les valeurs que tu estimes indispensables pour former ces futurs talents ?

 SM : Je pense qu’il faut accompagner nos jeunes de manière à ce qu’ils soient d’abord épanouis dans ce qu’ils font. Il faut leur apporter de l’estime, de la confiance et leur faire prendre conscience de leurs qualités. C’est un long travail d’accompagnement et de régulation qui nécessite de l’engagement et la volonté d’aider le joueur à exploiter tout son potentiel. Il faut être passionné, dévoué et comprendre comment fonctionne chacun des membres de son équipe pour que la progression individuelle serve le collectif dans un rapport gagnant/gagnant.

 6/ACBB FOOT : Quels conseils prodiguerais-tu à tous ces jeunes qui rêvent de devenir des joueurs professionnels. Quels en seraient les dangers ?

 SM : Le conseil que je pourrais donner est de toujours jouer en prenant du plaisir, en ayant toujours le souci de la progression. Un joueur n’est jamais un produit fini, et celui qui le pense a déjà perdu. Il faut toujours se remettre en question, travailler, et un jour on est récompensé de ses efforts. Le danger vient alors car il faut perdurer et cela demande encore plus d’abnégation et de volonté. Le succès n’attire pas que des choses positives. Il ne faut pas perdre de vue le simple plaisir de s’entrainer et de jouer au football, et le pratiquer pour les bonnes raisons si l’on souhaite réussir.   

 7/ACBB FOOT : Toi qui as évolué en son sein, que penses-tu du partenariat que l’ACBB football vient de conclure avec l’Olympique Lyonnais ?

SM : Je pense que c’est une très bonne chose pour les deux clubs. L’olympique Lyonnais est une référence dans la formation des joueurs et l’ACBB est un club important en IDF.  Ce partenariat permettra au club de continuer sa professionnalisation, d’améliorer encore son recrutement et de permettre à ses meilleurs joueurs d’avoir l’opportunité de rejoindre un grand club européen. Il permettra également aux éducateurs d’être encore mieux armés pour former au mieux nos jeunes, en profitant de l’expérience des éducateurs de l’OL.

8/ACBB FOOT : Quel regard avisé portes-tu sur l’ACBB football ?

SM : Je trouve que ce club mérite de continuer sa progression et d’atteindre si possible le haut niveau. J’avais suivi un peu sa progression grâce à Michael Vallée que je connais bien, et je suis admiratif du travail réalisé ces dernières saisons sous la houlette du président Jacques Migaud. Le club a la chance de posséder avec Grégory Bénarib un entraineur de grande qualité, qui n’a rien à envier à certains coachs du monde pro. Pour avoir vécu cette saison avec quelqu’un comme François Michel, qui est à la fois humain, compétent et  exigeant et pour avoir côtoyé quelques éducateurs du club, je pense que les jeunes sont dans de très bonnes conditions pour réussir, et que la formation boulonnaise est une référence.

9/ACBB FOOT : Hormis le football, quelles sont tes passions ?

SM : Le football reste ma grande passion, mais sinon j’aime bien voyager, passer du temps avec mes proches, profiter de plaisirs simples de la vie comme un ciné, des resto, j’aimais beaucoup la pêche et le ski étant plus jeune mais j’ai du vite laisser cela de coté avec ma carrière. J’espère m’y remettre un jour

10/ACBB FOOT : Ta principale qualité serait…

SM : la gentillesse

11/ACBB FOOT : Ton principal défaut serait…

SM : la gentillesse aussi et le fait de faire confiance parfois trop facilement

12/ACBB FOOT : Nous te laissons le loisir de conclure cet entretien.

SM : Simplement, j’ai été ravi d’intégrer le club cette saison et de pouvoir vivre cette expérience avec les U19. Même si ce n’était pas toujours simple avec une formation qui m’a pris beaucoup de temps et que j’aurais aimé m’entrainer davantage avec la CFA, cela restera une année bénéfique pour moi. Je remercie particulièrement le président Jacques Migaud, Claude Sire, Grégory Bénarib, François Michel, sans oublier Michel Leroux pour leur aide si précieuse au cours de cette année, et je souhaite à l’ACBB football de continuer sur sa lancée

La carrière de Sylvain par Wikipédia <<<<

https://www.acbbfoot.com/articles/un-projet-novateur.htm

 Propos recueillis par Michel Leroux – Mai 2017