Le foot amateur est-il en danger ?

Le foot amateur meurt doucement… Mais sûrement

 

Le football amateur devient de plus en plus triste, avec des valeurs bien éloignées de ce qu’il devrait être. Jusqu’à quand ça va durer ?

Aujourd’hui, c’est un entraineur de 36 ans à Vauvert (Gard) qui a été tué de deux coups de couteaux par un joueur de 21 ans qu’il avait exclu du club pour manque de respect. Il y a quelques mois, c’était un parent qui avait tapé à coup de batte de base-ball sur l’éducateur de son fils parce qu’il l’avait sorti pendant la rencontre. Mais tout cela est normal.

 

A l’école, l’autorité n’existe plus. Avant, votre professeur vous mettait un mot, votre père ne vous demandait pas d’explication, vous aviez tort, vous n’aviez qu’à la fermer et surtout à ne pas prendre un mot de plus. Aujourd’hui, un enfant prend un mot, le père vient mettre une gifle au professeur. Pourquoi en serait-il autrement au foot ?

 

A force de vouloir être pro (ou faire devenir son fils pro) et devenir riche, tout le monde est en train de disjoncter. Mais tout ce qui se passe est tellement prévisible, et ce n’est que le début.

 

Les parents, au bord des terrains, sont complètement hystériques. Une faute non sifflée sur leur enfant, et ce sont toutes les insultes du monde (quand ce ne sont pas les coups) qui s’abattent sur un arbitre même pas encore majeur parfois. Un entraineur qui sort un enfant et là, ce sont les parents qui disjonctent parce qu’il paraît qu’il y avait (peut-être) un recruteur au bord du terrain et que le train de la richesse est en train de partir à cause de l’éducateur.

 

Mais les éducateurs n’ont rien fait pour calmer les choses. Le meilleur joueur se comporte mal ? Ce n’est pas grave, il fait gagner l’équipe, donc on ferme les yeux. Pourquoi alors serait-on plus dur avec un joueur moins doué ? L’éducateur connaît un recruteur ? C’est bon, il va pouvoir placer son « petit », s’improviser agent et espérer toucher sa comm dans un futur deal.

 

Tout ça dans des ambiances de matchs de plus en plus insupportables. Des arbitres assistants qui sont en fait des dirigeants et qui n’hésitent pas à tricher pour que leur équipe gagne. Signaler un hors-jeu inexistant pour permettre à son équipe de remporter la rencontre ? Pas de problème, on le fait sans scrupule et on sera même félicité par l’éducateur en plus. Des éducateurs qui, d’ailleurs, n’hésitent pas à mettre la pression sur un jeune arbitre parce qu’il a sifflé (ou oublié) un penalty. Et après, on s’étonne qu’autour des terrains, ça dégénère. Mais c’est juste normal. Pourquoi les gens autour se comporteraient normalement puisque l’éducateur lui-même se comporte comme un moins que rien pour prendre ses trois points tellement importants pour sa minable carrière.

 

Et à la fin du parcours, on s’étonne d’avoir des joueurs au comportement dégueulasse. Mais pendant toute sa formation, le joueur prend comme modèle son éducateur. Si celui-ci est insultant, violent, tricheur, pourquoi le joueur serait différent ?

 

On peut parler également de ses éducateurs qui se prennent pour des entraineurs de haut niveau alors que leur seul travail est d’aller piller les clubs alentours pour se construire une équipe compétitive. Et oui, comme ils sont incapables de faire progresser leurs joueurs, ils vont les chercher ailleurs, par wagon, et après ils iront dire « vous avez vu, je suis troisième en nationaux derrière Lyon, le PSG ou autres Nantes »… Pathétique.

 

Evidemment, quand, en plus, dans les ligues, on minimise tout cela, ça n’aide pas à trouver des remèdes. Quand vous demandez aux ligues si les problèmes de violence existent, on vous répond « pas plus qu’avant ». Pour les autres, on va vous dire que c’est la société qui est comme ça, que c’est la fatalité. Evidemment, c’est faux. Il n’y aucune fatalité.

 

Parce que les ligues sont complices de tout ce bordel. Un enfant ne joue pas en A alors que son père pense que c’est un surdoué ? Pas grave, il change de club dès le mois d’octobre. Il ne joue pas (non plus) dans son nouveau club ? Pas grave, il changera de nouveau en janvier.

 

Heureusement qu’il existe encore des parents qui savent se tenir, des éducateurs qui savent relativiser et prendre du recul sur le seul résultat. Parce que gagner un match de foot, ça ne fera pas de vous un meilleur Homme si tant est que le but d’une vie soit de devenir un Homme.

 

Avant, les enfants venaient au foot pour jouer avec leurs copains, passer un bon moment. Ils prenaient une licence dans un club et pas dans une équipe ou avec un coach. Désormais, ils prennent une licence en U13 A. Désormais, si l’entraineur s’en va, il emmène avec lui la moitié (voire plus) de son équipe.

 

Avant, les enfants venaient au foot ensemble, dans le club de leur ville, prenaient leur douche ensemble, discutaient, rigolaient, puis repartaient ensemble. Aujourd’hui, ils viennent au foot en tenue, s’entrainent et repartent aussitôt.

 

Avant, les éducateurs venaient parce qu’ils étaient passionnés. Maintenant, ils viennent chercher de la reconnaissance et se positionner comme agent quand ils ont cru déceler la future pépite.

 

Avant, les jeunes connaissaient des joueurs des catégories au-dessus, ceux des catégories au-dessus connaissaient ceux du dessous. Allez demander aujourd’hui à un U15 de citer trois U13 du club, vous allez être surpris (ou pas).

 

Même en vétéran, là où on pourrait se dire qu’à un certain âge, le dimanche matin, on vient juste prendre du plaisir, les mecs se comportent comme des animaux. On a même l’impression que certains rêvent encore d’être recrutés !!! Bref.

 

Le football amateur est en train de mourir. Mais on s’en fout, on nous racontera toujours l’histoire de ce petit de Bondy, De Air Bel ou de Villeurbanne qui a commencé à jouer dans son club de quartier et qui est aujourd’hui international. On en oubliera tous les autres, tous ceux qu’on a perdu en route, qu’on a dégouté du football. Ceux-là, on s’en fout, ils n’ont pas rapporté d’argent à la famille, à un entraineur ou au club !!!!

 "Le foot amateur meurt doucement… Mais sûrement »

 

Parlons Foot  26 mai 2019 Yacine HAMENED