Wellington Dantas: une reconversion fort réussie.

« Wellington Dantas : du ballon rond à la chanson »

Wellington Dantas a fait trembler de nombreux filets en région parisienne comme aux quatre coins de l’hexagone, voir même en dehors de ces frontières... Aujourd’hui, à 37 ans, l'ancien joueur de l’Entente Sannois Saint-Gatien, passé également par le Red Star, les Lusitanos ou encore l'ACBB fait frémir les cœurs en s'étant lancé dans une carrière de chanteur !

 

Wellington Dantas a été formé dans son pays d’origine : le Brésil, au Clube Atlético Mineiro, puis au Sport Club Corinthians Paulista. À 22 ans, le milieu de terrain natif d’Itabuna s’exile brièvement au Danemark à Aalborg (2004-2005). « Une très belle expérienceJ’y ai joué les tours préliminaires de la Coupe d’Europe », commente l’ancien international brésilien U17. À Aalborg, Dantas joue une quinzaine de matches aux côtés d’un compatriote bien connu du championnat de France : Tulio de Melo. Une première expérience à l’étranger en guise de mise en bouche…

« L’expérience à Sannois fut magnifique ! »

En effet, Wellington Dantas effectue d’abord son retour au pays, du côté de l’Estrela do Norte Futebol Clube, pour 1 an et demi. En juillet 2006, il débarque dans l’hexagone et se présente de lui-même à l’entraînement de l’Entente Sannois Saint-Gratien, alors club de National. Une première prise de contact avortée avant qu’Amara Simba, ex-attaquant international français, le recommande auprès du président de l’ESSG à l’époque : Luc Dayan. Dantas signe donc en faveur du club val-d’oisien. Il réalise une première saison  intéressante avec 25 matches disputés pour 2 buts marqués, avant d’exploser !

Repositionné attaquant par le coach Kamel Djebbour, le Brésilien marque 17 buts sur sa deuxième saison à l’Entente et termine 3ème meilleur buteur du National 2007-2008. De nombreux clubs lorgnent sur son profil : Ajaccio, Rennes, Nantes ou encore Montpellier, mais devant l’impossibilité de quitter l’Entente Sannois Saint-Gratien, Dantas se lance dans une troisième saison. Il partira finalement à la trêve hivernale pour les Émirats arabes unis et le club de Kalba Union (D1). « Financièrement, c’était très intéressant, mais sportivement ce n’était pas terrible ! », lâche l’intéressé. Il y inscrit tout de même 8 buts et délivre 12 passes décisives le temps d’une quinzaine de matches. « L’expérience à Sannois fut magnifique ! Cela m’a fait connaître. Mon repositionnement en attaque a été bénéfique. Je me suis aperçu tardivement des qualités que j’avais pour jouer devant ! »

« Je ne pourrais pas oublier le Stade Bauer »

Trop dépaysé, Wellington Dantas tourne le dos au Moyen-Orient et réapparaît en région parisienne chez le Red Star (CFA) en juillet 2010, après un transfert avorté à l’US Créteil quelques mois plus tôt. Il portera les couleurs de l’étoile rouge toute une saison, pour 16 matches et 3 buts. « J’ai beaucoup aimé ce club, lance-t-il. On m’y a très bien accueilli. Nous avions une très bonne équipe. Un club très chaleureux et un Stade Bauer que je ne pourrais pas oublier. » Dantas part ensuite pour 6 mois au Qatar à Al Sailiya pour motif financier et préparer son après-carrière. Puis, il connait une expérience en Suisse à Yverdon sous les ordres d’un coach brésilien. Un passage en DH chez les Lusitanos de Saint-Maur (2013-2014) avec Valdo et une dernière pige en CFA à l’AC Boulogne-Billancourt (2015-2016) boucleront son long parcours de footballeur avant pout lui d’entamer une autre carrière, celle de musicien !

Wellington Dantas avait au cours de sa carrière, en 2010, ouvert un restaurant brésilien avec sa femme dans le XIIe arrondissement de Paris, avant de l’installer à Boulogne-Billancourt, 3 ans plus tard. Et c’est dans son restaurant que Dantas va toucher du bout de ses doigts une nouvelle vie… Une guitare oubliée par un musicien va être l’élément déclencheur. Le joueur brésilien achète une guitare, puis une autre. Il se lance alors dans un entraînement intensif et quotidien, comparable à celui d’un joueur de football.

Un, puis (bientôt) deux albums…

Et c’est toujours dans son restaurant, « Le Monde du Brésil », qu’il rencontre son futur producteur :  exit le footballeur Wellington Dantas, place à Ton Dantas, l’artiste et son premier album  « Xa la la ». « Je viens de l’état de Bahia qui fait la taille de la France. Un état connu pour la danse. Depuis tout petit, je suis bercé par la musique. Je viens de loin. En tant que joueur, j’écoutais déjà beaucoup de musique, mais faire du foot et de la musique en même temps, ce n’était pas possible ! Après beaucoup de travail j’y suis arrivé, le travail paye toujours ! » Après avoir connu de grandes salles parisiennes comme La Cigale ou le Café de la Danse, Ton Dantas envisage un second album en 2020, mais il a aussi des projets au Brésil et aux Antilles.

Par Nicolas Cotten. / ACTUFOOT - 07 janvier 2020

Crédit Photo : ACBB / Michel Leroux